Ouste la styromousse! À la récup’!

Elliot Laroche et Mavrick Simon, membres de l’équipe de récupération de styromousse
Elliot Laroche et Mavrick Simon, membres de l’équipe de récupération de styromousse. Photo : Marie-Claude Gauthier

Dans le but de prendre soin de leur planète, des élèves de l’école Louis-St-Laurent ont décidé de récupérer les divers contenants de styromousse qui peuvent prendre tant d’années à se décomposer dans les centres d’enfouissement. Voilà un autre beau projet écoresponsable de jeunes conscients d’enjeux environnementaux majeurs!

C’est à la suite d’un article paru dans La Tribune à propos du recyclage de la styromousse que l’enseignante Marie-Claude Gauthier a eu l’idée de suggérer un nouveau projet aux élèves de sa classe de 6e année. « Même si on continue notre projet de recyclage de crayons-feutres, les jeunes souhaitaient avoir d’autres défis du genre. Quand je leur ai lu l’article sur le recyclage du polystyrène à Sherbrooke par une entreprise de fabrication d’isolants, ils ont tout de suite décidé d’y contribuer à leur manière en récupérant les emballages de styromousse pour les acheminer ensuite aux écocentres qui fournissent l’entreprise Soprema qui les recycle. »

Une école bien informée

Afin de bien renseigner toute l’école de leur projet, les élèves de Marie-Claude ont formé des équipes et ont monté une présentation pour aller rencontrer les jeunes dans toutes les classes. « Maintenant, il y a une grande boîte au secrétariat de l’école pour récolter les styromousses que les élèves apportent de la maison. Les jeunes responsables du comité la vident régulièrement et mettent leur récolte dans un gros sac dans ma classe. On demande seulement que le tout soit bien rincé. Puis, je me charge d’aller porter le tout aux écocentres de Sherbrooke quand on en a une bonne quantité. »

En quatre mois, Marie-Claude est déjà allée porter quatre sacs énormes de styromousse à la récupération. « Les jeunes ont vraiment de quoi être fiers! », ajoute l’enseignante avec le sourire.

Si la styromousse n’est pas acceptée dans votre bac de recyclage, sachez que vous pouvez aller la porter notamment soit à l’écocentre Rose-Cohen à Rock Forest ou à l’écocentre Michel-Ledoux à Fleurimont, moyennant de légers frais de dépôt si vous n’habitez pas à Sherbrooke.

Mais plus pratique encore : il y a maintenant dans le hall d’entrée de l’école primaire Louis-St-Laurent un bac de récupération pour la styromousse. Et les élèves responsables de ce projet seront heureux de faire en sorte que le tout soit acheminé à l’un des écocentres qui approvisionnent Soprema!

Photo: Panneaux d’isolant composés jusqu’à 70 % de contenu recyclé. Photo par Soprema.

Une classe qui recycle en quantité

La classe de Marie-Claude est très sensible à la protection de l’environnement. Les jeunes sont séparés en trois groupes de jeunes écolos. « Certains continuent le projet du recyclage des crayons-feutres, d’autres s’investissent dans celui du polystyrène et d’autres ont pris en charge le recyclage des sacs en plastique, nous explique-t-elle. Pour cela, ils ont accroché un sac en plastique à certaines portes de classe dans lequel peuvent être déposés d’autres sacs en plastique. Quand le sac est plein, on le ferme solidement et je l’apporte dans mon bac de récupération. Ces trois projets-là sont faits parallèlement, mais tous s’entraident quand même! »

Isolant utilisé dans une maison
Isolant utilisé dans une maison. Photo: gracieuseté de Soprema
Une entreprise d’avant-garde

Annuellement, l’entreprise Soprema récupère environ 18 tonnes de polystyrène (appelé aussi styromousse) collecté dans des écocentres estriens. Cela évite que ce produit se dirige vers les sites d’enfouissement et y prenne environ 1000 ans à se décomposer. On compte quelque 38 000 tonnes de déchets de polystyrène produits chaque année au Québec. Les récupérer devient donc primordial.

Le polystyrène recyclé sert ensuite à la fabrication de panneaux d’isolant composés jusqu’à 70 % de contenu recyclé. On s’en sert entre autres pour isoler les murs, les fondations, la toiture de maisons et de divers bâtiments.

Vous avez aimé cet article? Partagez-le!

S'abonner à l'infolettre?
C’est simple.

Sélectionnez vos champs d'intérêts

Recevez les actualités par courriel!

Je veux m’abonner