Novembre, le mois des morts…

Image par Darvin Santos sur Pixabay

Jordane Masson

28.12.2021

Le mois de novembre, avec ces arbres dénudés, ces journées qui s’assombrissent et le froid qui s’installe, paraît parfois bien long. Mais pourquoi le désigne-t-on comme étant le mois des morts? En fait, cette appellation provient tout simplement de la liturgie chrétienne dans laquelle le mois de novembre est consacré aux défunts. Voici quelques coutumes qui y touchent de près ou de loin.

Au Mexique

Très importante au Mexique, la Fête des Morts (Día de los Muertos) se déroule les 1er et 2 novembre, juste après l’Halloween. Cette tradition découle d’il y a plus de 3500 ans à l’époque des peuples aztèques qui avaient l’habitude de visiter plusieurs fois par an les tombes de leurs défunts. Ils chantaient, dansaient et laissaient des offrandes pour aider le défunt dans l’au-delà. Plusieurs coutumes se poursuivent de nos jours telles que l’utilisation des pétales de la rose d’Inde (zempaxuchitl) pour créer un chemin guidant les âmes. Le symbole du crâne demeure aussi et représente autant la mort que la renaissance. Surtout, la célébration se passe toujours dans la joie où danse, chant et nourriture sont au rendez-vous!

En Europe

Dans le catholicisme, la Toussaint se célèbre le 1er novembre. Cette fête rend hommage à tous les saints et a été instaurée par le pape Grégoire IV en l’an 837. Alors que, le 2 novembre, on célèbre le jour des Morts pour se souvenir des trépassés. À l’époque, les gens allaient à la messe pour prier et aider les âmes à sortir du purgatoire, puis ils visitaient leurs défunts au cimetière. La journée se passait dans le recueillement et la prière. De nos jours, peu de gens pratiquent encore ce rituel, mais plusieurs profitent de cette journée pour se recueillir sur la tombe d’un être cher.

La criée pour les âmes

D’origine française, cette coutume s’est pratiquée au Québec jusqu’au milieu du 20e siècle. Elle consistait en une vente aux enchères ayant lieu sur le parvis de l’église, au profit des âmes des défunts. Dans certaines paroisses, des criées avaient lieu chaque dimanche de novembre, alors qu’ailleurs on en tenait une seule après la messe du jour des Morts. Chacun apportait sa contribution, en nourriture ou œuvres artisanales. La vente se déroulait à la façon d’un encan, puis l’argent était remis au curé pour faire chanter des messes pour le repos des morts. 

Ce qui semble clair, c’est que novembre constitue un mois propice pour garder en mémoire les êtres chers que nous avons perdus. Cependant, aussi bien le faire dans la joie! Rien ne vaut des festivités pour passer à travers des temps plus sombres.

Source : 

Pour aborder le sujet avec les enfants :

  • Album : La fête des morts, Dany Laferrière et Frederic Normandin
  • Films : Coco, Disney et La légende de Manolo, 20th Century Fox
Vous avez aimé cet article? Partagez-le!

Dans la même catégorie

Voyage en Afrique de l’Ouest
26.06.2024
Jordane Masson

Voyage en Afrique de l’Ouest

Les bestioles et le printemps
30.04.2024
Jordane Masson

Les bestioles et le printemps

Une soirée d'hiver pas comme les autres
27.12.2023
Donovan Desmarais, 11 ans

Une soirée d'hiver pas comme les autres

Cherche et trouve au cimetière
07.12.2023
Jordane Masson

Cherche et trouve au cimetière

02.02.2024
Jordane Masson

Deux bonshommes pas pareils!

S'abonner à l'infolettre?
C’est simple.

Sélectionnez vos champs d'intérêts

Recevez les actualités par courriel!

Je veux m’abonner