Vivre d’amour et d’art à Compton!

Sylvie Deschamps et son partenaire
Sylvie Deschamps, 61 ans, et Joscelyn Drainville, 62 ans. Photo: Danielle Goyette

Lorsque débute une nouvelle année, je me permets toujours de faire un petit bilan de celle qui se termine. Je me fais mon petit Bye Bye personnel pour finir par ne retenir que les meilleures scènes. Et pour 2022, le meilleur a été incontestablement ma venue vers notre Compton adoré. Je me repasse ce moment où mon conjoint et moi avons quitté, en août dernier, la palette de gris montréalaise pour les couleurs de Compton. Nos cœurs débordaient de rires, fiers d’avoir franchi toutes les étapes nous conduisant vers notre retraite rêvée auprès de vous, belle communauté. Les amis ont bien tenté de nous retenir avec leurs prudentes paroles : Oui! C’est beau l’Estrie, mais les arts et la culture vont tellement vous manquer ! 

C’est qu’ils s’adressaient à un musicien ayant tenu la scène dans différents pays en faisant rêver grands et petits au son de sa flûte et de son saxophone et à une femme ayant mis la danse au centre de sa vie durant 20 ans, tous deux, fervents amoureux des arts de la scène, de musique, de littérature et d’art visuel. Les arts sont pour nous deux une trace laissée par nos semblables nous permettant de dialoguer, par-delà les siècles et la distance.

Il est vrai que durant les dernières décennies, les sorties au théâtre, au concert, au cinéma et à l’opéra remplissaient nos agendas respectifs. Nous avons fréquenté chacun de notre côté des grands musées de ce monde. Nous avons marché des villes lumière, des villes éternelles et des villes écrins conservant des trésors plus magnifiques les uns que les autres. Nos bibliothèques se sont remplies d’écrits qui nous font dire combien c’est beau les mots! Toutes ces expériences nous ont façonnés, faisant de nous des êtres sensibles à la beauté du monde… Des êtres meilleurs, je l’espère…  Et nos chemins se sont finalement croisés il y a quelques années. Depuis, l’art nous habite, nous entoure et nous unit. 

Compton a été choisi comme théâtre pour poursuivre ensemble notre route. La belle nature de Compton ne fait qu’accroître notre sensibilité artistique. Dès la première promenade au petit matin brumeux, mes pas m’ont conduit au cimetière Cochrane-Sleeper. Je vous jure, Caspar Friedrich aurait pu peindre ce paysage! Toutes ces vieilles pierres nous rappelant le passage de ceux et celles qui ont façonné ce beau coin de pays. Respect mesdames, respect messieurs ! 

En août, le chemin derrière chez nous, dévoile de grands champs comme Van Gogh saurait les rendre. Tous ces verts, bleus et jaunes! Non, ce n’est pas un champ de tournesols, mais rendons justice à la beauté des champs de blé. C’est drôle, car aujourd’hui, par magie, le chemin m’a plutôt conduit dans une toile de Jean-Paul Lemieux.

Au marché, tous les jeudis de l’été, ce sont de joyeuses scènes de genre qui se déroulent sous mes yeux. Et vous en êtes les magnifiques modèles ! Musiciens, chanteurs, conteurs et sculpteurs nous enchantent. Les dimanches, c’est au tour de notre musée St-Laurent de nous recevoir pour y entendre nos talents d’ici. Que d’abondance !

La Maison des Arts St-Laurent donne vitrine aux artistes et artisans si touchants de chez nous dans une charmante petite galerie. Dans son jardin, j’y ai entendu de beaux airs classiques.

Notre bibliothécaire, telle une fée marraine, met entre nos mains tous les romans, poèmes, romans graphiques, beaux livres, etc. Elle sait même faire apparaître des écrivains en chair et en os devant nous. Mon amoureux a découvert un écrivain immense (il l’est vraiment 😊) à Compton. Quand mon conjoint Joscelyn et Benoît Bouthillette se sont croisés au village, la poignée de main a été franche et les regards échangés sincères. 

Plus près de moi, résonne dans ma maison des notes aimées de saxophone… 

Joscelyn et Sylvie

Les amis viennent nous visiter régulièrement. Ceux-là mêmes qui s’inquiétaient pour nous. Ce sont des moments où les berceuses se font aller sur la galerie devant les couchers de soleil. Les rouges, jaunes et oranges de Rothko envahissent le ciel et nous hypnotisent. Il y a toujours un moment où le balancement des chaises cesse et que le silence est partagé. Ils ont compris, je crois.

L’art nous fait du bien ! Il est en nous et près de nous. Nous avons tous cette petite fibre nous permettant de l’apprécier. Mon vœu pour l’année qui vient est que vous vous accordiez une petite pause artistique de temps en temps. Lisez un roman ! Regardez un film et parlez-en ensuite à quelqu’un que vous appréciez ! Sortez voir un spectacle! Franchissez la porte d’un musée! Sortez un vieux CD et dansez sans vous préoccuper du regard des autres ! Ouvrez un beau livre et fréquentez les images. Écrivez un mot gentil à quelqu’un qui compte !

Pour ma part, je vous offre ce texte pour vous dire Merci, sincèrement ! belle communauté de Compton. Je me sens honorée d’être si bien accueillie. Que la vie vous protège, de même que tous ceux qui comptent pour vous!

Bonne année 2023 à chacun d’entre vous!

– Sylvie Deschamps

Vous avez aimé cet article? Partagez-le!

Dans la même catégorie

Couple Margarit
20.06.2024
Danielle Goyette

Couple Margarit

Quitter le Togo pour découvrir le Canada
19.06.2024
Jordane Masson

Quitter le Togo pour découvrir le Canada

Du Niger à Compton
19.06.2024
Jordane Masson

Du Niger à Compton

Nos marches nous manquent
28.01.2023
Richard et Jessica

Nos marches nous manquent

Ça marche à Compton!
28.01.2023
Danielle Goyette et Jordane Masson

Ça marche à Compton!

S'abonner à l'infolettre?
C’est simple.

Sélectionnez vos champs d'intérêts

Recevez les actualités par courriel!

Je veux m’abonner