Devoir choisir ce qu’on veut faire dans la vie

Zora Laventure

25.09.2020

Je me suis toujours demandé ce que je voulais faire quand j’allais être grande. Devoir choisir ce qu’on veut faire dans la vie alors que nous avons à peine 17 ans peut s’avérer très épeurant, mais il ne faut pas oublier qu’on a le droit de se tromper et que c’est correct de changer de direction après avoir essayé quelque chose qui ne nous correspond pas forcément. Je m’en rends compte seulement maintenant, mais tout cela aura tout de même permis d’ajouter des cordes à notre arc. Ce temps n’est pas perdu, car le temps est toujours propice à de nouveaux apprentissages. Au départ, je voulais être coiffeuse, car depuis que je suis petite, j’adore coiffer les gens qui m’entourent. Ensuite, je voulais être psychologue, car je voulais aider les gens à traverser des moments difficiles dans leur vie. Finalement, je suis allée voir des conseillères en orientation à deux reprises durant mon Secondaire et toutes les deux m’avaient proposé l’éducation spécialisée. Une fois que j’ai réellement compris en quoi cela consistait, j’ai tout de suite su que c’était ce que je voulais faire. Ayant grandi avec un oncle à mobilité réduite, j’ai toujours eu de la facilité avec les personnes ayant des différences et j’ai toujours eu l’envie et le réflexe de leur venir en aide. L’éducation spécialisée offre un éventail de possibilités quant à la clientèle avec laquelle on peut exercer. Que ce soit dans les écoles, auprès de personnes ayant des déficiences intellectuelles ou physiques, des troubles de santé mentale, de la réinsertion sociale, les personnes âgées et j’en passe. La clientèle peut avoir tous les âges, il faut seulement savoir ce qui nous intéresse. Il est possible de se tromper et c’est normal! On doit essayer les différents endroits pour découvrir ce qui nous correspond et le milieu qui est en harmonie avec nos valeurs les plus profondes. 

Je commence bientôt ma deuxième année en Techniques d’éducation spécialisée au CÉGEP de Sherbrooke et je sens que j’ai trouvé mon domaine! Je ne sais pas encore exactement vers quelle clientèle je veux me diriger, mais les stages me permettent d’explorer plusieurs possibilités. Ce n’est pas une technique facile, les cours sont exigeants, je ne vais pas vous le cacher, mais quand on trouve un domaine qui nous intéresse réellement, je crois que c’est important de foncer même si cela implique de mettre les bouchées doubles pour y arriver!

Zora Laventure

Vous avez aimé cet article? Partagez-le!

Dans la même catégorie

Rosalie et Émilie Lajoie au Guatemala
30.04.2024
Rosalie et Émilie Lajoie

Rosalie et Émilie Lajoie au Guatemala

Les journalistes en herbe nous proposent leurs critiques
01.11.2023
Collectif

Les journalistes en herbe nous proposent leurs critiques

Mots mêlés de la rentrée
30.09.2023

Mots mêlés de la rentrée

Quitter le Guatemala pour le Québec à 12 ans
29.06.2023
Zachary Lachance

Quitter le Guatemala pour le Québec à 12 ans

Dejar Guatemala por Quebec a los 12 años
18.06.2023
Zachary Lachance

Dejar Guatemala por Quebec a los 12 años

S'abonner à l'infolettre?
C’est simple.

Sélectionnez vos champs d'intérêts

Recevez les actualités par courriel!

Je veux m’abonner